Utilisateur:Fransoua69

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

  • videos
  1. Pierre Bourdieu sur la réception de la sociologie
  2. Pierre Bourdieu sur le coût social de l'économie dominante
  3. Pierre Bourdieu sur gauche et droite
  4. Pierre Bourdieu sur les jugements de goût
  5. Pierre Bourdieu sur un rassemblement de la gauche
  6. Pierre Bourdieu sur la sociologie
  7. Guy Debord, In girum imus nocte et consumimur igni
  8. Gilles Deleuze sur l'Anti-œdipe
  9. Gilles Deleuze sur la psychanalyse
  10. Gilles Deleuze sur Spinoza
  11. Jacques Lacan à Louvain (Belgique) # 1 # 2 # 3 # 4 # 5 # 6 # 7 # 8 # 9 # 10
  12. Jacques Lacan, Télévision
  13. Alice Miller, Les racines de la violence
  14. Georges Perec, Un homme qui dort # 1 # 2 # 3
  15. Loïc Wacquant sur le salariat
  16. chacun selon son espèce
  • audios
  1. La colère des enfants
  2. Les "caprices" des enfants
  3. "Une bonne fessée n'a jamais fait de tort à personne"
  4. Châtiments corporels
  5. Mais quelles sanctions alors ?
  • citations
  1. La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? (Laurence Parisot)
  2. La liberté de penser s'arrête là où commence le Code du travail. (Laurence Parisot)
  3. On peut penser que le peuple ne rattacha pas sans peine la foi en la préférence de son dieu tout-puissant aux tristes expériences de ses destinées malheureuses. Mais on ne se laissa pas dévoyer ; on fortifia son propre sentiment de culpabilité pour étouffer ses doutes relatifs à Dieu, et peut-être s’en remit-on à la fin aux « desseins impénétrables de Dieu », comme les gens pieux le font aujourd’hui encore. (Sigmund Freud, L'homme Moïse et la religion monothéiste)
  4. Depuis quelques années, il est prouvé que les effets dévastateurs des traumatismes infligés à l'enfant se répercutent inévitablement sur la société. Cette vérité concerne chaque individu pris isolément et devrait – si elle était suffisamment connue – conduire à modifier fondamentalement notre société, et surtout à nous libérer de l'escalade aveugle de la violence. Les points suivants voudraient préciser cette thèse : 1. Tout enfant vient au monde pour s'épanouir, se développer, aimer, exprimer ses besoins et ses sentiments. 2. Pour s'épanouir, l'enfant a besoin du respect et de la protection des adultes, qui le prennent au sérieux, l'aiment et l'aident à s'orienter. 3. Lorsque l'enfant est exploité pour satisfaire les besoins de l'adulte, lorsqu'il est battu, puni, manipulé, négligé, qu'on abuse de lui et qu'on le trompe, sans que jamais un témoin n'intervienne, son intégrité subit une blessure inguérissable. 4. La réaction normale à sa blessure serait la colère et la douleur. Mais, dans la solitude, l'expérience de la douleur lui serait insupportable, et la colère lui est interdite. Il n'a d'autre solution que de réprimer ses sentiments, de refouler le souvenir du traumatisme et d'idéaliser ses agresseurs. Plus tard, il ne sait plus ce qu'on lui a fait. 5. Ces sentiments de colère, d'impuissance, de désespoir, de nostalgie, d'angoisse et de douleur, coupés de leur véritable origine, trouvent malgré tout à s'exprimer au travers d'actes destructeurs, dirigés contre les autres (criminalité, génocide) ou contre soi-même (toxicomanie, alcoolisme, prostitution, troubles psychiques, suicide). 6. Devenu parent, on prend souvent pour victime ses propres enfants, qui ont une fonction de bouc émissaire : persécution pleinement légitimée par notre société, où elle jouit même d'un certain prestige dès lors qu'elle se pare du titre d'éducation. Le drame, c'est que le père ou la mère maltraite son enfant pour ne pas ressentir ce que lui ont fait ses propres parents. Les racines de la future violence sont alors en place. 7. Pour qu'un enfant maltraité ne devienne ni criminel, ni malade mental, il faut qu'il rencontre au moins une fois dans sa vie quelqu'un qui sache pertinemment que ce n'est pas lui, mais son entourage qui est malade. C'est dans cette mesure que la lucidité ou l'absence de lucidité de la société peut aider à sauver la vie ou contribuer à la détruire. Ce sera la responsabilité du personnel d'assistance sociale, des thérapeutes, des enseignants, des psychiatres, des médecins, des fonctionnaires, des infirmières. 8. Jusqu'à présent, la société a soutenu les adultes et accusé les victimes. Elle a été confortée dans son aveuglement par des théories qui, parfaitement conformes aux théories de l'éducation de nos arrière-grands-parents, voient en l'enfant un être sournois, animé de mauvais instincts, fabulateur, qui agresse ses parents innocents ou les désire sexuellement. La vérité, c'est que tout enfant a tendance à se sentir lui-même coupable de la cruauté de ses parents. Les aimant toujours, il les décharge ainsi de leur responsabilité. 9. Depuis quelques années seulement, l'application de nouvelles méthodes thérapeutiques a permis de prouver que les expériences traumatiques de l'enfance, refoulées, sont inscrites dans l'organisme, et qu'elles se répercutent inconsciemment sur la vie entière de l'individu. De plus, des ordinateurs qui ont enregistré les réactions de l'enfant dans le ventre de sa mère ont révélé que le bébé sent et apprend, dès le tout début de sa vie, la tendresse aussi bien que la cruauté. 10. Dans cette nouvelle optique, tout comportement absurde révèle sa logique jusqu'alors cachée, dès l'instant où les expériences traumatiques de l'enfance ne restent plus dans l'ombre. 11. Dès que nous serons sensibilisés aux traumatismes de l'enfance et à leurs effets, un terme sera mis à la perpétuation de la violence de génération en génération. 12. Les enfants dont l'intégrité n'a pas été atteinte, qui ont trouvé auprès de leurs parents la protection, le respect et la sincérité dont ils avaient besoin, seront des adolescents et des adultes intelligents, sensibles, compréhensifs et ouverts. Ils aimeront la vie et n'éprouveront pas le besoin de porter tort aux autres ni à eux-mêmes, encore moins de se suicider. Ils utiliseront leur force uniquement pour se défendre. Ils seront tout naturellement portés à respecter et à protéger les plus faibles, et par conséquent leurs propres enfants, parce qu'ils auront eux-mêmes fait l'expérience de ce respect et de cette protection, et que c'est ce souvenir-là, et non celui de la cruauté, qui sera inscrit en eux. (Alice Miller)
  5. L’archipel de Vanuatu a été découvert au début du dix-septième siècle par les Portugais dans l’une des zones encore inexplorées du Pacifique. Sa population est constituée de quelques dizaines de milliers d’individus, régis par des codes particuliers. Il n’existe pas, par exemple, de concept de majorité imposant son choix à une minorité. Si les habitants ne sont pas d’accord, ils discuteront entre eux jusqu’à parvenir à l’unanimité. Évidemment, chaque discussion prend du temps. Certains s’entêtent et refusent de se laisser convaincre. C’est pourquoi la population de Vanuatu passe un tiers de ses journées en palabres afin de se persuader du bien-fondé de ses opinions. Lorsqu’un débat concerne un territoire, la discussion peut durer des années, voire des siècles, avant de déboucher sur un consensus. Entre-temps, l’enjeu restera en suspens. En revanche lorsque enfin, au bout de deux ou trois cents ans, tout le monde se met d’accord, le problème est véritablement résolu et il n’existera pas de rancœur car il n’y aura pas de vaincus. (Bernard Werber, L’encyclopédie du savoir relatif et absolu, page 126 : "Vanuatu".)
  6. L'interdiction du tabac dans les lieux publics était beaucoup moins urgente pour la salubrité publique que celle de la publicité. (c'est de moi)
  7. Intuition d’un lieu où les mots iraient se refaire une santé. Loin d’où l’on cogite, gigote, prophétise, "profétise", décide, tranche. Loin du discours. (Georges Perros)
  8. L’habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même. (Albert Camus)
  9. Quand la loi redevient celle de la jungle, c’est un honneur que d’être déclaré hors-la-loi. (Hervé Bazin)
  10. le problème n’est plus de faire que les gens s’expriment, mais de leur ménager des vacuoles de solitude et de silence à partir desquelles ils auraient enfin quelque chose à dire. (Gilles Deleuze)
  11. La droite c’est quand même l’idée de la responsabilité individuelle. Là où la droite a énormément évolué, c’est en reconnaissant qu’il y a des gens qui sont devant des obstacles objectifs tels que, même avec la meilleure volonté du monde, ils n’arriveront pas à s’en sortir. Qu’il y a aussi une responsabilité de la société. (Emmanuelle Mignon)
  12. Le con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres. (Frédéric Dard)
  13. On ne peut pas se forcer à aimer, et c’est là précisément l’amour. (Georges Perros)
  14. Je décide d'hésiter. (François Polomé)
  15. rares instants où l’on est heureux de partout (Jules Renard)
  16. On ne peut pas parler d’idéologie libérale, parce que le terme idéologie supposerait qu’il y ait une idée. Il s’agit plutôt de prédation libérale. Un prédateur n’a aucune réflexion : il ne méprise pas seulement sa victime, il la culpabilise et la sanctionne. (anonyme)
  17. Avant, on passait quinze jours à chercher un boulot pour la vie ; aujourd’hui, on passe sa vie à chercher des boulots de quinze jours. Et si en plus tu remplaces boulot par conjoint, t’as tout compris de la vie moderne. (anonyme)
  18. Quand une femme mariée perd son emploi, elle devient naturellement femme au foyer. Quand un homme marié perd son emploi, il devient très vite SDF. (anonyme)
  19. Une personne ne sachant pas se vendre alors qu’elle postule à un emploi sans rapport avec la vente est forcément incapable d’exercer le métier visé. (anonyme)
  20. Tout prétendant à un emploi ayant un niveau de diplôme ou de compétence nettement supérieur à celui du recruteur sera d’office éliminé car son profil ne correspond pas exactement à ce que le recruteur recherche. (anonyme)
  21. Un chômeur qui, à la fin d’un entretien d’embauche, a le culot de demander combien il va être payé, perd systématiquement cinq points sur sa fiche d’évaluation parce que quand on cherche du boulot... (anonyme)
  22. On n'est jamais trop tendre avec les femmes. (Friedrich Nietzsche)
  23. Le désir, seul ressort du monde, le désir, seule rigueur que l'homme ait à connaître. (André Breton)
  24. L'acte manqué par excellence est l'acte sexuel. (Jacques Lacan)
  25. Quel est donc cet autre auquel je suis plus attaché qu'à moi ? (anonyme)
  26. Le transfert c'est de l'amour qui s'adresse au savoir. (anonyme)
  27. La vraie fonction du père c'est d'unir un désir à la loi. (anonyme)
  28. Je pense où je ne suis pas, je suis où je ne pense pas. (anonyme)
  29. Nous ne faisons rien de notablement humain tant que le désir n'est pas en jeu. (André Leroi-Gourhan)
  30. La question « que faire avec (ce) qui arrive ? » commande une pensée de l’hospitalité, du don, du pardon, du secret, du témoignage. (Jacques Derrida)
  31. Nemo auditur turpitudinem suam allegans (Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude, principe de droit d'origine à élucider)
  32. Nous avons sucé l'erreur avec le lait de nos nourrices (Cicéron, Tusculanes, III, 1)
  33. La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. (Paul Valéry)
  34. Les ouvriers doivent être sereins pour être efficaces. S’ils ne savent pas comment boucler leurs fins de mois, ils ne seront pas psychologiquement tranquilles, ce qui n’est pas bon pour la productivité. (Enzo Rossi, patron d'une fabrique de pâtes)
  35. L’érotisme, c’est de donner au corps les prestiges de l’esprit. (Georges Perros)
  36. Homo sum ; humani nil a me alienum puto. (Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m'est étranger. Térence, Héautontimorouménos)
  37. Ma rage ne pourra jamais redescendre (Keny Arkana)
  38. Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. (Arthur Schopenhauer)
  39. Ce qui est laid, c’est que sur cette terre il ne suffise pas d’être tendre et naïf pour être accueilli à bras ouverts. (Albert Cohen)
  40. I felt my soul receding into some pleasant and vicious region (James Joyce, Dubliners, "The sisters")
  41. Le journalisme consiste pour une large part à dire : "Lord Jones est mort" à des gens qui ne savaient même pas que Lord Jones existait. (G. K. Chesterton)
  42. Le socialisme comme paradis, nous on y croyait. Mon père était tellement de gauche, que lorsqu'il est parti La gauche est partie avec lui. (Fatals Picards)
  43. La joie est la création d'un espace où la parole peut se donner, exister (Marc-Alain Ouaknin, Tsimtsoum)
  44. Il faisait d’elle ce qu’elle voulait. (Georges Perros, Papiers collés I)
  45. Solange ich nicht das Richtige gefunden habe, wohnen Touristen in meinem Herzen. (anonyme)
  46. Est-ce qu’on est maître de devenir ou de ne pas devenir amoureux ? Et quand on l’est, est-on maître d’agir comme si on ne l’était pas ? (Denis Diderot, Jacques le fataliste et son maître)
  47. Ces misères individuelles et sociales, pour grandes et innombrables qu'elles soient, pour éternelles qu'elles paraissent, s'évanouiront comme les hyènes et les chacals à l'approche du lion, quand le prolétariat dira : « Je le veux. » Mais pour qu'il parvienne à la conscience de sa force, il faut que le prolétariat foule aux pieds les préjugés de la morale chrétienne, économique, libre penseuse ; il faut qu'il retourne à ses instincts naturels, qu'il proclame les "Droits de la paresse", mille et mille fois plus nobles et plus sacrés que les phtisiques "Droits de l'homme", concoctés par les avocats métaphysiciens de la révolution bourgeoise ; qu'il se contraigne à ne travailler que trois heures par jour, à fainéanter et bombancer le reste de la journée et de la nuit. (Paul Lafargue, Le droit à la paresse)
  48. Quelle conception du rêve a bien pu être celle des temps originaires de l'humanité chez les peuples primitifs et quelle influence le rêve a pu acquérir sur la formation de leur vision du monde et de l'âme ? (Sigmund Freud, L'interprétation du rêve)
  49. A première vue, une marchandise semble une chose tout ordinaire qui se comprend d'elle-même. On constate en l'analysant que c'est une chose extrêmement embrouillée, pleine de subtilités métaphysiques et de lubies théologiques. (Karl Marx)
  50. There's still time to change the road you're on (Led Zeppelin)
  51. There's a feeling that I get when I look to the West and my spirit is crying for leaving (Led Zeppelin)
  52. Chaque question possède une force que la réponse ne contient plus. (Elie Wiesel)
  53. La personne la plus hésitante à faire une promesse est celle qui la respectera avec le plus de foi. (Jean-Jacques Rousseau)
  54. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. (Article 23 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 1793.)
  55. Celui qui n'a jamais été en prison ne sait pas ce qu'est l'Etat. (Léon Tolstoï)
  56. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. (Article 35 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 1793.)
  57. Un criminel est une personne avec des instincts de prédateur et qui n’a pas assez de capital pour fonder une société. (Alphonse Allais)
  58. Agir sur la part non fatale du devenir. (Daniel Bensaïd)
  59. Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi. (Article 5 du préambule de 1946 à la Constitution française.)
  60. à coup de livres, je franchirai tous ces murs (Jean-Jacques Goldman)
  61. À quoi sert l’argent s’il faut travailler pour en avoir ? (George Bernard Shaw)
  62. a whole world in a nutshell (James Joyce)
  63. abandon mystique à la transcendance de la marchandise. Celui qui collectionne les porte-clés qui viennent d’être fabriqués pour être collectionnés accumule les indulgences de la marchandise, un signe glorieux de sa présence réelle parmi ses fidèles. (Guy Debord)
  64. agglomérat de solitudes sans illusions (Guy Debord)
  65. Ainsi se recompose l’interminable série des affrontements dérisoires mobilisant un intérêt sous-ludique, du sport de compétition aux élections. (Guy Debord)
  66. alone under the ground: and lie no more in her warm bed (James Joyce)
  67. Asseyez-vous une heure auprès d’une jolie fille, cela passe comme un minute ; asseyez-vous une minute sur un poêle brûlant, cela passe comme une heure : c’est cela la relativité. (Albert Einstein)
  68. aucune fête ne peut être célébrée sans sacrifice (Sigmund Freud)
  69. Aucune intimité ne lie les ouvriers aux lieux et aux objets parmi lesquels leur vie s'épuise, et l'usine fait d'eux, dans leur propre pays, des étrangers, des exilés, des déracinés. (Simone Weil)
  70. Aux yeux d’un commerçant, un consommateur averti en vaut la moitié d’un. (Albert Brie)
  71. avec la loi et le crime commence l’homme (Jacques Lacan)
  72. Bath a most private thing. (James Joyce)
  73. bed of conception and of birth, of consummation of marriage and of breach of marriage, of sleep and of death. (James Joyce)
  74. Bipolarisation entre ceux qui peuvent associer individualisme et indépendance parce que leur position sociale est assurée, et ceux qui portent leur individualité comme une croix parce qu'elle signifie manque d'attaches et absence de protections. (Robert Castel)
  75. Books you where going to write with letters for titles. Have you read his F? O yes, but I prefer Q. Yes, but W is wonderful. O yes, W. (James Joyce)
  76. C’est [l’art post-moderne] une « recollection de souvenirs » de l’histoire de l’art qui, en devenant possible, est aussi bien la fin du monde de l’art. (Guy Debord)
  77. C’est l’unité de la misère qui se cache sous les oppositions spectaculaires. (Guy Debord)
  78. Ce que ma mère appelait ma paresse était la retenue de mon désir, qu'elle-même m'avait inculquée.
  79. Ce qui est laid, ce n'est pas une femme qui vieillit, mais les efforts qu'elle fait pour le nier.
  80. Ce qui est rudimentaire dans la sexualité des hommes, c'est principalement l'image que s'en font les femmes.
  81. Ce vécu individuel de la vie quotidienne séparée reste sans langage, sans concept, sans accès critique à son propre passé qui n’est consigné nulle part. Il ne se communique pas. Il est incompris et oublié au profit de la fausse mémoire spectaculaire du non-mémorable. (Guy Debord)
  82. C'est l'art d'une classe dominante, cette pratique du vide comme économie de marché : organiser le manque dans l'abondance de production, faire basculer tout le désir dans la grande peur de manquer, faire dépendre l'objet d'une production réelle qu'on suppose extérieure au désir (les exigences de la rationalité), tandis que la production du désir passe dans le fantasme (rien d'autre que le fantasme). (Gilles Deleuze)
  83. Cette constante de l’économie capitaliste qui est la baisse tendancielle de la valeur d’usage développe une nouvelle forme de privation à l’intérieur de la survie augmentée, laquelle n’est pas davantage affranchie de l’ancienne pénurie puisqu’elle exige la participation de la grande majorité des hommes, comme travailleurs salariés, à la poursuite infinie de son effort ; et que chacun sait qu’il lui faut s’y soumettre ou mourir. C’est la réalité de ce chantage, le fait que l’usage sous sa forme la plus pauvre (manger, habiter) n’existe plus qu’emprisonné dans la richesse illusoire de la survie augmentée, qui est la base réelle de l’acceptation de l’illusion en général dans la consommation des marchandises modernes. (Guy Debord)
  84. Ceux pour qui le temps irréversible a existé y découvrent à la fois le mémorable et la menace de l’oubli : « Hérodote d’Halicarnasse présente ici les résultats de son enquête, afin que le temps n’abolisse pas les travaux des hommes... » (Guy Debord)
  85. Chaque produit particulier qui doit représenter l’espoir d’un raccourci fulgurant pour accéder enfin à la terre promise de la consommation totale est présenté cérémonieusement à son tour comme la singularité décisive. (Guy Debord)
  86. « conversations passionnantes » et « rencontres de personnalités ». Cette sorte de marchandise spectaculaire, qui ne peut évidemment avoir cours qu’en fonction de la pénurie accrue des réalités correspondantes (Guy Debord)
  87. Dans l’écriture, le langage atteint sa pleine réalité indépendante de médiation entre les consciences. Avec l’écriture apparaît une conscience qui n’est plus portée et transmise dans la relation immédiate des vivants : une mémoire impersonnelle, qui est celle de l’administration de la société. (Guy Debord)
  88. De l’automobile à la télévision, tous les biens sélectionnés par le système spectaculaire sont aussi ses armes pour le renforcement constant des conditions d’isolement des « foules solitaires ». (Guy Debord)
  89. Des objectifs tels que celui de mener au niveau du baccalauréat 80 % d'une classe d'âge sont des pseudosolutions au problème de l'emploi. Il n'y a certainement pas 80 % des emplois, actuellement ou dans un avenir prévisible, qui exigent ce niveau de qualification. On risque alors d'aboutir, plutôt qu'à une réduction du chômage, à une hausse du niveau de qualification des chômeurs. (Robert Castel)
  90. Elle est entièrement conditionnée par le fait qu’elle ne peut ni ne veut penser sa propre base matérielle dans le système spectaculaire. (Guy Debord)
  91. En ce qui concerne la classe possédante, la propriété constitue une institution sociale qui rend les autres à peu près superflues. (Charles Gide)
  92. En ce temps où les formes d'anéantissement prennent des dimensions planétaires, le désert, fin et moyen de la civilisation, désigne cette figure tragique que la modernité substitue à la réflexion métaphysique sur le néant. (Gilles Lipovetsky)
  93. et s'il le faut j'emploierai des moyens légaux (Jean-Jacques Goldman)
  94. Feel all like one family party, same in the theater, all in the same swim. Not so lonely. In our confraternity. Let of steam. Thing is if you really believe in it. Blind faith. Safe in the arms of kingdom comes. Lulls all pain. Wake this time next year. (James Joyce)
  95. Fill me. I’m warm, dark, open. (James Joyce)
  96. Foamborn Aphrodite. The greek mouth that has never been twisted in prayer. (James Joyce)
  97. he had proceded towards the oriental edifice of the Turkish and Warm Baths, 11 Leinster street, with the light of inspiration shining in his countenance and bearing in his arms the secret of the race, graven in the language of prediction. (James Joyce)
  98. He has hidden his own name, a fair name, William, in the plays, a super here, a clown there, as a painter of old Italy set his face in a dark corner of his canvas. (James Joyce)
  99. He heard in a profound ancient male unfamiliar melody the accumulation of the past. (James Joyce)
  100. He walked cheerfully towards the mosque of the baths, redbaked bricks, the minarets. Enjoy a bath now: clean trough of water, cool enamel, the gentle tepid stream. This is my body. Naked, in a womb of warmth, oiled by scented melting soap, softly laved. (James Joyce)
  101. Héros moderne, qu'illustrent des exploits dérisoires dans une situation d'égarement. (Jacques Lacan)
  102. hideous hobgoblins produced by a horde of capitalistic lusts upon our prostituted labour (James Joyce)
  103. I’m going to show you a little trick. I’ll leave you all where Jesus left the jews. (James Joyce)
  104. Il ne se passe rien, en somme. (Georges Perec)
  105. Il n'y a que du désir et du social, et rien d'autre. (Gilles Deleuze)
  106. It is a kind of music I often thought when she. (James Joyce)
  107. L'État est l'organe de la pensée sociale. (Émile Durkheim)
  108. L'exemple-limite de cette fonction disciplinaire du travail est donné par le Rasphaus d'Amsterdam, fondé à la fin du XVIe siècle (...) Les oisifs récalcitrants sont enfermés dans une cave inondée et doivent pomper frénétiquement l'eau pour éviter la noyade. Cette attitude survivra au triomphe du capitalisme industriel. Au XIXe siècle, on appelle en Irlande "tours de la faim" des édifices que devaient construire, puis détruire, les indigents bénéficiaires de distributions de pommes de terre : "Plutôt que de distribuer les pommes de terre gratuitement, comme on les avait reçues, on exigea d'eux un travail pour y avoir droit. On n'en trouva pas : alors on leur fit construire des tours en rase campagne. Ces tours inutiles furent appelées tours de la famine. Et comme les tours de la famine furent debout avant que la famine cessât, on chargea les chômeurs de les démolir" (J. Duboin, L'économie distributive s'impose, Paris, Leedis, 1950, p. 81). (Robert Castel)
  109. L’inconscient, c’est le discours de l’Autre. (Jacques Lacan)
  110. L’abondance des marchandises, c’est-à-dire du rapport marchand, ne peut être plus que la survie augmentée. (Guy Debord)
  111. L’actualité, ça n’existe pas, ça ne veut rien dire. L’actualité, ce sont des gens. Des milliards de gens qui rient, qui pleurent, qui souffrent et qui tombent amoureux. (Anna Gavalda)
  112. l’économie politique ne voit dans le prolétaire que l’ouvrier, qui doit recevoir le minimum indispensable pour la conservation de sa force de travail, sans jamais le considérer dans ses loisirs, dans son humanité (Guy Debord)
  113. L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes. (Bertrand Russell)
  114. L’homme n’est pas censé ignorer la loi. Mais la loi n’est pas censée non plus ignorer l’homme. (Stanislaw Jerzy Lec)
  115. L’objet qui était prestigieux dans le spectacle devient vulgaire à l’instant où il entre chez ce consommateur, en même temps que chez tous les autres. Il révèle trop tard sa pauvreté essentielle, qu’il tient naturellement de la misère de sa production. Mais déjà c’est un autre objet qui porte la justification du système et l’exigence d’être reconnu. (Guy Debord)
  116. La chasteté est la moins naturelle des perversions sexuelles. (Aldous Huxley)
  117. la fonction du langage n’est pas d’informer, mais d’évoquer (Jacques Lacan)
  118. La liberté sans protection peut conduire à la pire des servitudes, celle du besoin. (Robert Castel)
  119. La loi primordiale est donc celle qui en réglant l’alliance superpose le règne de la culture au règne de la nature livré à la loi de l’accouplement. L’interdit de l’inceste n’en est que le pivot subjectif, dénudé par la tendance moderne à réduire à la mère et à la sœur les objets interdits aux choix du sujet, toute licence au reste n’étant pas encore ouverte au-delà. (Jacques Lacan)
  120. la psychanalyse est une expérience dialectique (Jacques Lacan)
  121. La solidarité, ciment d'une société, se construit et se préserve, et cela d'autant plus qu'une société devient plus complexe. (Robert Castel)
  122. la « nature » de l’homme est sa relation à l’homme (Jacques Lacan)
  123. La conscience du désir et le désir de la conscience sont identiquement ce projet qui, sous sa forme négative, veut l’abolition des classes, c’est-à-dire la possession directe des travailleurs sur tous les moments de leur activité. Son contraire est la société du spectacle, où la marchandise se contemple elle-même dans un monde qu’elle a créé. (Guy Debord)
  124. la critique qui va au-delà du spectacle doit savoir attendre. (Guy Debord)
  125. La naissance du pouvoir politique, qui paraît être en relation avec les dernières grandes révolutions de la technique, comme la fonte du fer, au seuil d’une période qui ne connaîtra plus de bouleversements en profondeur jusqu’à l’apparition de l’industrie, est aussi le moment qui commence à dissoudre les liens de la consanguinité. (Guy Debord)
  126. Là où était le ça économique doit venir le je. Le sujet ne peut émerger que de la société, c’est-à-dire de la lutte qui est en elle-même. (Guy Debord)
  127. La perte de la qualité, si évidente à tous les niveaux du langage spectaculaire, des objets qu’il loue et des conduites qu’il règle, ne fait que traduire les caractères fondamentaux de la production réelle qui écarte la réalité : la forme-marchandise est de part en part l’égalité à soi-même, la catégorie du quantitatif. C’est le quantitatif qu’elle développe et elle ne peut se développer qu’en lui. (Guy Debord)
  128. La philosophie, en tant que pouvoir de la pensée séparée, et pensée du pouvoir séparé, n’a jamais pu par elle-même dépasser la théologie. Le spectacle est la reconstruction matérielle de l’illusion religieuse. La technique spectaculaire n’a pas dissipé les nuages religieux où les hommes avaient placé leurs propres pouvoirs détachés d’eux : elle les a seulement reliés à une base terrestre. Ainsi c’est la vie la plus terrestre qui devient opaque et irrespirable. Elle ne rejette plus dans le ciel, mais elle héberge chez elle sa récusation absolue, son fallacieux paradis. Le spectacle est la réalisation technique de l’exil des pouvoirs humains dans un au-delà ; la scission achevée à l’intérieur de l’homme. (Guy Debord)
  129. La plupart des boulots coûtent plus cher qu'ils ne rapportent. (c'est de moi)
  130. la plupart des erreurs consistent en cela seul que nous ne donnons pas correctement leurs noms aux choses. (Baruch Spinoza)
  131. La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. (Paul Valéry)
  132. la prolifération des « pseudo-événements » préfabriqués découle de ce simple fait que les hommes, dans la réalité massive de la vie sociale actuelle, ne vivent pas eux-mêmes des événements. (Guy Debord)
  133. La question du désir est, non pas "qu'est-ce que ça veut dire ?", mais comment ça marche. (Gilles Deleuze)
  134. la reprise de la lutte de classe révolutionnaire, deviendra consciente d’elle-même en développant la critique du spectacle, qui est la théorie de ses conditions réelles, des conditions pratiques de l’oppression actuelle, et dévoile inversement le secret de ce qu’elle peut être. (Guy Debord)
  135. La satisfaction que la marchandise abondante ne peut plus donner dans l’usage en vient à être recherchée dans la reconnaissance de sa valeur en tant que marchandise : c’est l’usage de la marchandise se suffisant à lui-même ; et pour le consommateur l’effusion religieuse envers la liberté souveraine de la marchandise. (Guy Debord)
  136. le besoin anormal de représentation compense ici un sentiment torturant d’être en marge de l’existence. (Guy Debord)
  137. le collectif n’est rien, que le sujet de l’individuel (Jacques Lacan)
  138. le corps, par les seules lois de sa nature, peut beaucoup de choses dont son esprit reste étonné. (Baruch Spinoza)
  139. le désir de l’homme trouve son sens dans le désir de l’autre, non pas tant parce que l’autre détient les clefs de l’objet désiré, que parce que son premier objet est d’être reconnu par l’autre. (Jacques Lacan)
  140. Le libéralisme, c’est une doctrine qui pose en priorité que, dans un poulailler, les poulets sont totalement libres... tout comme le renard (Joao Mellao Neto)
  141. le passé se manifeste renversé dans la répétition (Jacques Lacan)
  142. Le pauvre n'est pas d'emblée admis à entrer : il lui faut d'abord être bien conscient de son indignité, et de toute manière l'exercice de l'aumône dépend du bon vouloir des nantis. (Robert Castel)
  143. Le puritain voulait être un homme de métier - nous devons l'être. (Max Weber)
  144. Le style c’est l’homme... à qui l’on s’adresse. (Jacques Lacan)
  145. Le besoin d’écrire est une curiosité de savoir ce qu’on trouvera. (Alain)
  146. Le cœur de la problématique de l'exclusion n'est pas là où l'on trouve les exclus. (Robert Castel)
  147. Le conformisme absolu des pratiques sociales existantes, auxquelles se trouvent à jamais identifiées toutes les possibilités humaines, n’a plus d’autre limite extérieure que la crainte de retomber dans l’animalité sans forme. Ici, pour rester dans l’humain, les hommes doivent rester les mêmes. (Guy Debord)
  148. Le détournement est le langage fluide de l’anti-idéologie. (Guy Debord)
  149. Le mythe est la construction unitaire de la pensée qui garantit tout l’ordre cosmique autour de l’ordre que cette société a déjà en fait réalisé dans ses frontières. (Guy Debord)
  150. Le passage du nomadisme pastoral à l’agriculture sédentaire est la fin de la liberté paresseuse et sans contenu, le début du labeur. (Guy Debord)
  151. Le pouvoir qui s’est constitué au-dessus de la pénurie de la société du temps cyclique, la classe qui organise ce travail social et s’en approprie la plus-value limitée, s’approprie également la plus value temporelle de son organisation du temps social : elle possède pour elle seule le temps irréversible du vivant. (Guy Debord)
  152. Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables. (Raoul Vaneigem)
  153. Le spectacle est le capital à un tel degré d’accumulation qu’il devient image. (Guy Debord)
  154. Le spectacle est le discours ininterrompu que l’ordre présent tient sur lui-même, son monologue élogieux. (Guy Debord)
  155. Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. (Guy Debord)
  156. Le spectacle n’est pas seulement le serviteur du pseudo-usage, il est déjà en lui-même le pseudo-usage de la vie. (Guy Debord)
  157. Le spectacle ne chante pas les hommes et leurs armes, mais les marchandises et leurs passions. (Guy Debord)
  158. Le succès est le seul juge ici-bas de ce qui est bon et mauvais. (Adolf Hitler, Mein Kampf)
  159. Le temps cyclique est en lui-même le temps sans conflit. (Guy Debord)
  160. Le temps irréversible de la production est d’abord la mesure des marchandises. Ainsi donc le temps qui s’affirme officiellement sur toute l’étendue du monde comme le temps général de la société, ne signifiant que les intérêts spécialisés qui le constituent, n’est qu’un temps particulier. (Guy Debord)
  161. Le temps pseudo-cyclique est celui de la consommation de la survie économique moderne, la survie augmentée, où le vécu quotidien reste privé de décision et soumis, non plus à l’ordre naturel, mais à la pseudo-nature développée dans le travail aliéné ; et donc ce temps retrouve tout naturellement le vieux rythme cyclique qui réglait la survie des société pré-industrielles. (Guy Debord)
  162. Le thé, il manque d'eau. (Julie)
  163. Le triomphe du temps irréversible est aussi sa métamorphose en temps des choses, parce que l’arme de sa victoire a été précisément la production en série des objets, selon les lois de la marchandise. (Guy Debord)
  164. Les hommes se trompent en ce qu'ils pensent être libres ; et cette opinion consiste uniquement pour eux à être conscients de leurs actions, et ignorant des causes par lesquelles ils sont déterminés. L'idée de leur liberté c'est donc qu'ils ne connaissent aucune cause à leurs actions. Car ils disent que les actions humaines dépendent de la volonté, mais ce sont des mots, qui ne correspondent à aucune idée. Ce qu'est, en effet, la volonté, et comment elle meut le corps, tous l'ignorent (Baruch Spinoza)
  165. Les œuvres les plus intéressantes se sont déplacées, ne cherchent plus à inventer des langages en rupture, sont davantage "subjectives", bricoleuses ou obsessionnelles et abandonnent les cimaises de la recherche pure du Neuf. (Gilles Lipovetsky)
  166. les dames détestent qu’on mette en cause les principes, car leurs attraits doivent beaucoup au mystère du signifiant (Jacques Lacan)
  167. Les idées s’améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l’implique. Il serre de près la phrase d’un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l’idée juste. (Guy Debord)
  168. Les personnes qui ont dû apprendre très tôt à "serrer les dents" ressentent, dans leur identification avec l'éducateur, toute compréhension pour un enfant comme de la mièvrerie ou du sentimentalisme. (Alice Miller, C'est pour ton bien)
  169. Les religions issues du judaïsme sont la reconnaissance universelle abstraite du temps irréversible qui se trouve démocratisé, ouvert à tous, mais dans l’illusoire. Le temps est orienté tout entier vers un seul événement final : « Le royaume de Dieu est proche. » (Guy Debord)
  170. Leurs familles les regardent s'enfoncer d'un air réprobateur car, héritières des certitudes des années de croissance, elles ont du mal à penser qu'on puisse ne pas trouver de travail si on en cherche vraiment. (Robert Castel)
  171. Lorsqu'une personne est "avide" d'affection, c'est toujours le signe qu'elle cherche quelque chose qu'elle n'a jamais eu et non qu'elle ne veut pas renoncer à quelque chose qu'elle aurait eu en trop grande abondance dans son enfance. (Alice Miller, C'est pour ton bien)
  172. Marx considère comme un des plus grands mérites révolutionnaires de la bourgeoisie ce fait qu’« elle a soumis la campagne à la ville », dont l’air émancipe. (Guy Debord, La société du spectacle)
  173. My son inside her. (James Joyce, Ulysses)
  174. nature abhors perfection (James Joyce)
  175. No mother. Let me be and let me live. (James Joyce)
  176. Notre message nous vient de l’Autre sous une forme inversée. (Jacques Lacan)
  177. Old and secret she had entered from a morning world, maybe a messenger. (James Joyce)
  178. On now. Dare it. Let there be life. (James Joyce)
  179. on sait que les gains de temps constamment recherchés par la société moderne – qu’il s’agisse de la vitesse des transports ou de l’usage des potages en sachet – se traduisent positivement pour la population des États-unis dans ce fait que la seule contemplation de la télévision occupe en moyenne entre trois et six heures par jour. (Guy Debord)
  180. On the slow weedy waterway he had floated on his raft coastward over Ireland drawn by haulage rope past bads of reeds, over slime, mud-choked bottles, carrion dogs. By easy stages. Houseboats. Camping out. Dropping down, lock by lock to Dublin. (James Joyce)
  181. One life is all. One body. Do. But do. (James Joyce)
  182. Par ce qui ne prend corps que d’être la trace d’un néant et dont le support dès lors ne peut s’altérer, le concept, sauvant la durée de ce qui passe, engendre la chose. (Jacques Lacan)
  183. Paris rawly waking, crude sunlight on her lemon streets. (James Joyce)
  184. Pour amener les travailleurs au statut de producteurs et consommateurs « libres » du temps-marchandise, la condition préalable a été l’expropriation violente de leur temps. (Guy Debord)
  185. Pourquoi les hommes combattent-ils pour leur servitude comme s'il s'agissait de leur salut ? (Baruch Spinoza)
  186. Qu'on me haïsse, qu'on m'ignore ou qu'on m'aime, le plus souvent il s'agit d'un malentendu.
  187. Quelle chance pour ceux qui gouvernent que les hommes ne pensent pas. (Adolf Hitler)
  188. réhabilitation du refoulé du modernisme : la tradition, le local, l'ornementation (Gilles Lipovetsky)
  189. S’émanciper des bases matérielles de la vérité inversée, voilà en quoi consiste l’auto-émancipation de notre époque. Cette « mission historique d’instaurer la vérité dans le monde », ni l’individu isolé ni la foule atomisée soumise aux manipulations ne peuvent l’accomplir, mais encore et toujours la classe qui est capable d’être la dissolution de toutes les classes en ramenant tout le pouvoir à la forme désaliénisante de la démocratie réalisée, le Conseil dans lequel la théorie pratique se contrôle elle-même et voit son action. Là seulement où les individus « directement liés à l’histoire universelle » ; là seulement où le dialogue s’est armé pour faire vaincre ses propres conditions. (Guy Debord)
  190. sainte Thérèse - vous n'avez qu'à aller regarder à Rome la statue du Bernin pour comprendre tout de suite qu'elle jouit, ça ne fait pas de doute. Et de quoi jouit-elle ? Il est clair que le témoignage essentiel des mystiques, c'est justement de dire qu'ils l'éprouvent, mais qu'ils n'en savent rien. Ces jaculations mystiques, ce n'est ni du bavardage, ni du verbiage, c'est en somme ce qu'on peut lire de mieux - tout à fait en bas de page, note - Y ajouter les Écrits de Jacques Lacan, parce que c'est du même ordre. Moyennant quoi, naturellement, vous allez être tous convaincus que je crois en Dieu. Je crois à la jouissance de la femme en tant qu'elle est en plus. Cette jouissance qu'on éprouve et dont on ne sait rien, n'est-ce pas ce qui nous met sur la voie de l'ex-sistence ? Et pourquoi ne pas interpréter une face de l'Autre, la face Dieu, comme supportée par la jouissance féminine ? (Jacques Lacan, Encore, Dieu et la jouissance de La (barré) femme, 1973-02-20)
  191. secrets weary of their tyranny: tyrants willing to be dethroned (James Joyce)
  192. Seuls ceux qui ne travaillent pas vivent. (Guy Debord)
  193. Si les autres ne punissaient pas la transgression, il leur faudrait prendre conscience qu’ils veulent faire la même chose que le malfaiteur. (Sigmund Freud)
  194. société où les vieillards sont plus assurés du futur que les jeunes. (Robert Castel)
  195. Softly she gave me in my mouth the seedcake warm and chewed. Mawkish pulp her mouth had mumbled sweet and sour with spittle. (James Joyce)
  196. Somewhere in the East: early morning: set off at dawn, travel round in front of the sun. Walk along a strand, strange land, come to a city gate. Wander through awned streets. Turbaned faces going by. Dark caves of carpet shops. Cries of sellers in the streets. Drink water scented with fennel, sherbet. Wander along all day. Getting on to sundown. The shadows of the mosques along the pillars. A shiver of the trees, signal, the evening wind. Fading gold sky. (James Joyce)
  197. Sons with mothers, sires with daughters, lesbic sisters, loves that dare not speak their name, jailbirds with keyholes, queens with prize bulls. (James Joyce)
  198. Sous le signe de l'excellence, il n'y a pas de gagnants sans perdants. (Robert Castel)
  199. The eyes that wish me well. But do not know me. (James Joyce)
  200. the slow growth and change of his own rare thoughts (James Joyce)
  201. the studious silence of the library of Saint Genevieve where he had read, night by night (James Joyce)
  202. the supper: fruit, olives, lovely cool water out of the well stonecold (James Joyce)
  203. theyre all mad to get in there where they come out (James Joyce)
  204. To smell the gentle smoke of tea, fume of the pan, sizzling butter. Be near her bedwarmed flesh. (James Joyce)
  205. Tous les biographes d’Adolf Hitler s’entendent à dire que Klara (sa mère) « aimait beaucoup son fils et qu’elle le gâtait ». Notons pour commencer que cette formule renferme en elle-même une contradiction, si aimer signifie être ouvert et sensible aux véritables besoins de l’enfant. C’est précisément dans le cas inverse que l’enfant est gâté, c’est-à-dire comblé de faveurs et de cadeaux dont il n’a pas besoin, à titre de substitut de ce que, du fait de ses propres manques, on n’est pas en mesure de lui donner. (Alice Miller, C'est pour ton bien)
  206. Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front. (la Bible)
  207. un jour, les frères qui avaient été chassés se coalisèrent, tuèrent et mangèrent le père, mettant ainsi fin à la horde paternelle. Unis, ils osèrent entreprendre et réalisèrent ce qu’il leur aurait été impossible de faire isolément. Qu’ils aient également mangé le cadavre va de soi pour le sauvage cannibale. Le père originaire tyrannique avait certainement été le modèle envié et redouté de chacun des membres de la troupe des frères. Dès lors, dans l’acte de le manger, ils parvenaient à réaliser l’identification avec lui, s’appropriaient chacun une partie de sa force. Le repas totémique, peut-être la première fête de l’humanité, serait la répétition et la commémoration de ce geste criminel mémorable qui a été au commencement de tant de choses, organisations sociales, restrictions morales et religion. (Sigmund Freud, Totem et tabou)
  208. Une communauté s’abrutit infiniment plus par un usage régulier de la répression que par une criminalité occasionnelle. (Oscar Wilde)
  209. Une fête est un excès permis, ou plutôt obligé, la transgression solennelle d’une interdiction. Ce n’est pas parce que les hommes sont dans une disposition joyeuse due à telle ou telle prescription qu’ils se livrent aux excès, l’excès est dans la nature de la fête ; la disposition qui est le propre de la fête est provoquée par la levée des interdits. (Sigmund Freud)
  210. Unglücklich das Land, das Helden nötig hat. (Malheureux le pays qui a besoin de héros. Bertold Brecht)
  211. valeurs jusqu'alors interdites de séjour sont mises en avant, à contre-pied de la radicalité moderniste : deviennent prééminents l'éclectisme, l'hétérogénéité des styles au sein d'une même œuvre, le décoratif, le métaphorique, le ludique, le vernaculaire, la mémoire historique. (Gilles Lipovetsky)
  212. voilà ce qui est imposé à toute heure de la vie quotidienne soumise au spectacle ; qu’il faut comprendre comme une organisation systématique de la « défaillance de la faculté de rencontre » (Guy Debord)
  213. What do we lack with your barbed wire? (James Joyce)
  214. What to do with our wives. (James Joyce)
  215. What’s in a name? That is what we ask ourselves in childhood when we write the name that we are told is ours. (James Joyce)
  216. You where awfully holy, wheren’t you? (James Joyce)
  • collectifs
  1. Acrimed
  2. Amis du Monde diplomatique
  3. Assocation pour l’emploi, l’information et la solidarité des chômeurs et des précaires (APEIS)
  4. Association pour la taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens (ATTAC)
  5. Association pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP)
  6. Confédération générale du travail (CGT)
  7. Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
  8. Collège de France
  9. fondation Copernic
  10. Droit au logement (DAL)
  11. École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  12. Institut de recherches économiques et sociales (IRES)
  13. Ligue communiste révolutionnaire (LCR)
  14. Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT)
  15. université Paris VIII
  • personnes
  1. Dante Alighieri
  2. Stéphane Beaud
  3. Daniel Bensaïd
  4. Pierre Bourdieu
  5. Bertold Brecht
  6. Robert Castel
  7. Bernard Charlot
  8. Noam Chomsky
  9. Guy Debord
  10. Gilles Deleuze
  11. Jacques Derrida
  12. Federico Fellini
  13. Michel Foucault
  14. Sigmund Freud
  15. Homère
  16. James Joyce
  17. Jacques Lacan
  18. Bernard Lahire
  19. Gilles Lipovetsky
  20. Karl Marx
  21. George Orwell
  22. Pier Paolo Pasolini
  23. Georges Perec
  24. Michel Pialoux
  25. Marcel Proust
  26. François Rabelais
  27. Ignacio Ramonet
  28. Jacques Rancière
  29. Yves Salesse
  30. Jean-Paul Sartre
  31. Baruch Spinoza
  32. Loïc Wacquant
  33. Max Weber
  34. Slavoj Zizek
  • livres
  1. L'Anti-Œdipe
  2. Autres écrits
  3. Bible
  4. Bonjour paresse
  5. Le Capital
  6. Ce que parler veut dire
  7. Code du travail
  8. Comment les riches détruisent la planète
  9. Les coulisses de la grande distribution
  10. Les coulisses du commerce équitable
  11. Critique de la séparation
  12. La distinction
  13. La divine comédie
  14. Écrits
  15. L'ère du vide
  16. L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  17. Finnegans Wake
  18. Les héritiers
  19. Les Intellos précaires
  20. le Maitron
  21. Malaise dans la culture
  22. Manifeste altermondialiste
  23. Manifeste du parti communiste
  24. Les Métamorphoses de la question sociale
  25. Mille plateaux
  26. 1984
  27. La Misère du monde
  28. Les Mots et les choses
  29. No logo
  30. Odyssée
  31. À la recherche du temps perdu
  32. La reproduction
  33. Retour sur la condition ouvrière
  34. Scions... travaillait autrement
  35. Si c'est un homme
  36. La société du spectacle
  37. Totem et tabou
  38. Ulysse
  39. La vie de Galilée
  40. La vie mode d'emploi
  41. Violences urbaines, violence sociale
  42. Vivre et penser comme des porcs
  • publications
  1. Actes de la recherche en sciences sociales
  2. le Canard enchaîné
  3. Chimères
  4. Droit ouvrier
  5. Fakir
  6. L'Humanité
  7. le Monde diplomatique
  8. Nouvelle vie ouvrière
  9. le Plan B
  10. Politis
  11. Regards
  12. Vacarme
  • films
  1. À bientôt, j'espère
  2. À l'attaque !
  3. Alimentation générale
  4. American Beauty
  5. L'amour existe
  6. l'An 01
  7. Attention danger travail
  8. BOF... anatomie d'un livreur
  9. Le bonheur
  10. Le cauchemar de Darwin
  11. Charles mort ou vif
  12. Chemins de traverse
  13. Chiapas, le cœur et l'effroi
  14. Le chômage a une histoire
  15. La comédie du travail
  16. De l'autre côté du périphérique
  17. Désentubages cathodiques
  18. Deux ou trois choses que je sais d'elle
  19. Les dockers de Liverpool
  20. Easy Rider
  21. Epeda, une histoire à Mer
  22. Festen
  23. La France au chômage
  24. La frite
  25. La grève des mineurs de Trieux
  26. Les groupes Medvedkine
  27. Histoires de vies brisées
  28. Un homme qui dort
  29. Les hommes le dimanche
  30. Hôpital au bord de la crise
  31. Il était une fois le salariat
  32. Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés
  33. In girum imus nocte et consumimur igni
  34. Itchkeri Kenti
  35. Les LIP, l'imagination au pouvoir
  36. LIP : réalités de la lutte
  37. Liquidation totale
  38. Mémoires d'immigrés
  39. Mon travail, c'est capital
  40. Un monde moderne
  41. L'origine du christianisme
  42. Paroles de bibs
  43. Paroles ouvrières, paroles de Wonder
  44. Pas vu pas pris
  45. Le piège de Sangatte
  46. Pink Floyd, The Wall
  47. Une poste à la Courneuve
  48. Pourquoi la grève
  49. The Price of Sugar
  50. Les prolos
  51. Putain d'usine
  52. Les raisins de la colère
  53. Ressources humaines
  54. Une retraite en or
  55. Sauf le respect que je vous dois
  56. Scènes de la vie des Algériens à Gennevilliers
  57. Services publics
  58. Six femmes salariées parmi des millions
  59. La sociologie est un sport de combat
  60. La souffrance au travail
  61. A la sueur de ton front
  62. The Take
  63. Le Travail sans l'homme
  64. Travailler c'est trop dur
  65. Trois cents jours de colère
  66. The Truman Show
  67. La vie en bleu
  68. La Vie sexuelle des Belges 1950-1978
  69. La vie, t'en as qu'une
  70. Violence des échanges en milieu tempéré
  71. Volem rien foutre al païs
  72. Le voleur de taxis
  73. We feed the world
  • radio
  1. Fréquence Paris plurielle (RFPP)
  2. Là-bas si j’y suis
  • internette
  1. indymedia
  2. liens-socio.org
  3. prison.eu.org
  4. rezo.net
  5. samizdat.net
  6. wikipedia.org
  • logiciels libres
  1. Dotclear
  2. Linux
  3. OpenOffice
  4. SPIP
  5. Mozilla
  6. Ubuntu
  7. Wordpress
  • autres thèmes
  1. anthropologie
  2. anticapitalisme
  3. autogestion
  4. bourse du travail
  5. Conseil de prud’hommes
  6. coopérative
  7. éducation populaire
  8. Inspection du travail
  9. Prométhée
  10. psychanalyse
  11. sans-papiers
  12. sociologie
  13. syndicat
  14. Tantale

fr
de-3
es-3
en-2
nl-2

Media:Exemple.ogg

Image:Exemple.jpg